Lorsqu’ils veulent faire la conversation, les Suédois font face aux Portugais et les Roumains aux Lettons comme des êtres inconnus venus de planètes lointaines, incapables de comprendre leurs sons. Rien ne nous empêche de former une communauté aussi efficacement que notre langue. Et pourtant, toute l’expérience nous l’enseigne : les barrières linguistiques ont toujours été surmontées dans l’histoire de l’humanité. Qu’il s’agisse de nécessité professionnelle, de pression politique ou même d’amour : de tout temps, des personnes ont appris des langues étrangères et se sont ainsi ouvert à des mondes nouveaux. Alors, comment l’Union européenne doit-elle gérer sa diversité linguistique ? Comment préserver ce patrimoine culturel unique et, en même temps, créer plus de proximité entre nous, Européens ?

Prof. Jürgen Trabant, nommé professeur de linguistique (C4) à l’Institut de philologie romane de Freie Universität Berlin en 1980, professeur invité à l’Université de Stanford, à l’Université de Californie, Davis, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) à Paris, ainsi qu’aux universités de Leipzig, Limoges, Bologne, Brasília et Milan, explique comment la répression du latin a transformé les langues vernaculaires européennes en “langues pleinement développées” – et comment la progression de l’anglais peut aujourd’hui mettre en péril cette diversité linguistique unique.

Profitez de l’intégralité de sa conférence (en allemand) sous ce lien.